Meurthe-et-Moselle

Point de vue

JDE Edition Meurthe-et-Moselle 54

J.-P.Betbèze. «La croissance passe par l'international»

ajouté le 10 septembre 2010  -  - Mots clés : Actualité, Point de vue, Jean-Paul Betbèze

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • L'article au format PDF
  • Ajoutez cet article
  • Réagissez à cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
Jean-Paul Betbèze est aussi membre du Conseil d'Analyse Economique auprès du Premier ministre, président de l'Observatoire des délais de paiements, membre du Cercle des Economistes et de l'ICBE.

Chef économiste et directeur des Études Économiques de Crédit Agricole SA, Jean-Paul Betbèze est convaincu que les entreprises françaises doivent penser international pour sortir de la crise. Plus que les exportations, l'important pour nos PME est désormais de «participer à des réseaux internationaux de fabrication».



Propos recueillis par Gilles Cayuela


Dans votre dernier ouvrage ?Crise par ici la sortie?, vous laissez entendre que la crise est arrivée par la finance et que l'on en sortira par l'entreprise. C'est-à-dire? Cela veut dire qu'il y a eu, en particulier aux États-Unis, des excès de crédits. Ces excès ont été faits pour soutenir l'activité économique, mais d'une manière indirecte. On a fait des crédits à des personnes fragiles et ensuite on les a titrisés pour les revendre un peu partout dans le monde. Si on avait fait des crédits à des populations fragiles et qu'on les avait gardés aux États-Unis, la crise n'aurait pas été mondiale. Elle est devenue mondiale à partir du moment où la finance s'est développée non seulement en terme d'innovation de produits, mais aussi en terme de vente de ces produits. Nous sommes donc encore aujourd'hui dans des phases d'interrogations et, de difficultés. Par rapport à ces excès de la finance pour doper la croissance, rien de telle qu'une vraie croissance. Et la vraie croissance, c'est quoi? Et bien c'est l'innovation, c'est la recherche, c'est répondre aux nouveaux besoins et donc c'est l'entreprise! Les États-Unis nous ont montré les dangers qu'il y avait à financiariser la croissance.
L'entreprise est au coeur de la sortie de crise et pourtant, ce sont ces mêmes entreprises qui sont aujourd'hui encore en grandes difficultés. La crise est-elle réellement derrière nous? Il s'agit d'une crise extrêmement violente. Cela fait maintenant près de 4 ans que cela dure et ce n'est pas encore totalement fini. Cela étant, la crise n'est jamais tout à fait la même. En 2007, la crise est financière. En 2008, on est confronté à des interrogations bancaires, puis à des interrogations industrielles en 2009. Aujourd'hui, la crise réside essentiellement dans des interrogations sur les budgets publics. Tout le monde s'interroge sur la croissance future. Est-ce que l'on aura 1%, 1,5% ou 2% de croissance en Europe? Résultat, on sait aujourd'hui que l'on sort d'une crise, mais on ne sait pas de quelle manière, dans quelle proportion.
L'attentisme est donc de mise?
C'est tout à fait ça! Les entreprises ont plutôt bien senti la crise venir. Par rapport aux crises précédentes, où les entreprises françaises avaient été prises par surprise, elles ont réagi beaucoup plus vite en réduisant leurs frais, en stoppant le travail intérimaire, en réduisant les postes de dépenses qui étaient flexibles. Elles ont aussi réduit considérablement leurs stocks, ont arrêté les investissements et ont réduit autant que possible leur endettement. Pour faire simple, la situation d'inquiétude a poussé les entreprises à freiner, voire arrêter les machines.
Couper dans les budgets est une chose, mais est-ce ainsi qu'elles retrouveront le chemin de la croissance? Si les entreprises n'avaient pas fait preuve de prudence, on aurait eu une catastrophe économique absolue. Freiner quand on est dans le brouillard, est en soi un bon principe. Au final, les PME françaises se trouvent aujourd'hui dans une situation, certes pas entièrement saine, mais relativement plus solide qu'en 1990-92. Cela étant, je vous rejoins sur le fait que ce n'est pas parce que vous freinez les machines que vous pouvez repartir.
Que doivent faire les PME? Sortir de l'attentisme en se lançant à l'international par exemple?
La question aujourd'hui est de savoir comment on repart, comment on remet les gaz. Dans ce contexte, Il vaut mieux savoir où la croissance est en train de repartir. Et là, on voit très clairement que c'est la Chine, l'Asie de manière générale et des pays émergents comme le Brésil qui sortent du lot. Indirectement, on voit aussi que si les Allemands se portent mieux c'est parce qu'ils exportent en Asie, et que si des entreprises françaises s'en sortent mieux, c'est parce qu'elles exportent vers l'Allemagne, qui exporte vers l'Asie. Tout ce processus est en train de se mettre en place. Mais cela prendra du temps, cela se fera de façon graduelle. La confiance sur le futur, le fait que l'on aide les entreprises à mieux analyser ce qui va se passer, à remettre les gaz, c'est absolument indispensable. L'Allemagne l'a compris, mais d'autres pays comme l'Espagne ou l'Italie voient aussi leurs exportations repartir. La France, elle, se trouve dans une situation intermédiaire. Elle a réduit les gaz et a fait en sorte que la casse économique et sociale soit relativement modérée. Mais aujourd'hui, elle doit remettre les gaz sinon elle va se faire distancer.
L'international est donc la condition sine qua non d'un retour à la croissance?
La croissance passe en grande partie par l'international. Mais cela ne veut pas dire que les PME doivent obligatoirement exporter en Asie. L'important, c'est de participer à des réseaux internationaux de fabrication. En France, on oppose trop souvent les entreprises qui exportent et celles qui ont des implantations à l'étranger. Quand elles ont des implantations, on a tendance à penser qu'elles exporteront moins. Ce n'est pas forcément vrai! Et puis, une entreprise qui délocalise une partie de sa production dans les pays de l'Est, se donne les moyens de faire des entrées de gamme. Les produits à forte valeur ajoutée restent en France. Au final, la délocalisation ne fragilise pas l'entreprise. Au contraire, cela lui donne la capacité de répondre sur toute la gamme. Chose qu'elle n'aurait pas pu faire si elle n'avait conservé que les productions françaises.

Au moment où les délocalisations sont pointées du doigt, vous êtes en train de nous expliquer qu'il y a aussi du bon dans les délocalisations!
Bien entendu. Une étude du professeur Fontanier a montré que les entreprises qui ont délocalisé ont obtenu plus d'emplois que les autres. La raison? Elles se sont donné plus de moyens de résister à la concurrence. La délocalisation n'est pas contre l'emploi. Il est d'ailleurs important de ne pas culpabiliser les entreprises qui vont voir ailleurs ce qui se passe.
L'essentiel, c'est d'arriver à combiner la production en France et la production à l'international. Cela permet de structurer sa gamme de produits en fonction des coûts du travail. Les grandes entreprises le font depuis des dizaines d'années, mais c'est aussi accessible aux PME.

JDE | Édition Meurthe-et-Moselle 54 | 10 septembre 2010

Vos réactions Aucun commentaire

Masquer toutes les réactions

Votre commentaire

Votre commentaire


Vos réactions Aucun commentaire

Lire toutes les réactions

Hors-Série Guide des réseaux - Novembre 2014

Fichier excel
Palmares de votre région


Palmarès des entreprises 2013

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2013

Le journal en liseuse

JDE édition 44 - juin 2012

Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301