Loire-Atlantique - Vendée

Bien vivre

JDE Edition Loire-Atlantique - Vendée 44

Santé. Comment retrouver et garder la forme au bureau

ajouté le 1 mai 2009  -  - Mots clés : Dossiers, Bien vivre

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • L'article au format PDF
  • Ajoutez cet article
  • Réagissez à cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
53% des dirigeants et cadres ne pratiquent pas d'activité sportive.

Les chefs d'entreprise sont souvent friands des conseils de management prodigués par d'anciens athlètes de haut niveau. Mais ils le sont beaucoup moins lorsqu'il s'agit d'appliquer l'hygiène de vie de ces derniers, agenda surchargé oblige. Ainsi, plus de la moitié des chefs d'entreprise français ne pratiquent pas, ou que très occasionnellement, des activités sportives. Le résultat? Du surpoids, de la fatigue, un manque de tonus, un stress jamais libéré. Pourtant, avoir la forme constitue de l'avis de tous un atout supplémentaire pour affronter le monde de l'entreprise. Et si vous aussi, vous vous repreniez en main?

Dossier réalisé par Sébastien Payonne

Un kilomètre de crawl au saut du lit, une matinée passée à décrocher de juteux contrats, une séance tonique de musculation à midi, un après-midi triomphal en conseil d'administration, puis une partie de squash endiablée où l'on écrase à plate couture son banquier: voici la journée type du chef d'entreprise modèle... Si l'on en croît les publicitaires! Soyons, sérieux: vous en connaissez beaucoup, vous, des chefs d'entreprise taillés en arbalète et capables de courir un semi-marathon le week-end prochain?

Finis les efforts violents
Certes, de tels «patrons athlètes» existent, mais ils ne sont que les exceptions d'une réalité beaucoup moins glamour: débordés par un agenda surchargé, plus de la moitié des chefs d'entreprise s'empâtent et souffrent de fatigue, de manque de tonus ou de douleurs articulaires. Avec à la clef une petite, voire inexistante forme physique. Selon une enquête TNS datant d'août2008, 39% des cadres et des dirigeants ne pratiquent aucun sport! Et ils sont 14% à ne le faire qu'occasionnellement. «Entre 40 et 55 ans, les chefs d'entreprise ont souvent oublié totalement leur corps. Sortis des études, ils bougeaient un peu. Mais la carrière, leurs enfants, la sédentarité... Tout arrive en même temps. Le sport passe au second rang. Et moins on fait une chose, moins on a envie de la faire», explique le coach sportif Alain Dumur, lui-même patron de Jive Planet, une société de services spécialisée dans la forme et le bien-être. Pourtant, être en forme peut se révéler un atout maître dans la vie d'un entrepreneur, comme le prouvent nombre d'études (voir ci-contre). «Dans le sport on est habitué à gérer le stress, les émotions, la dureté psychologique, l'effort et l'adversité. Autant d'atouts pour surmonter les obstacles quotidiens dans le monde de l'entreprise, que l'on soit salarié ou dirigeant», souligne Ingrid Pacteau, ancienne sportive de haut niveau et chef d'entreprise. Être en forme ne gâche rien lorsqu'il s'agit d'assurer la bonne marche de son entreprise. À condition de ne pas céder à certains clichés nocifs. «Pour être en forme, il faut surveiller son alimentation et pratiquer l'exercice. Mais l'exercice modéré, insiste Jean-Pierre Nucci, coach sportif de patrons du CAC 40 et auteur du livre "Faire sa gym au bureau". Les chefs d'entreprise sont encore trop marqués par l'image du sport dans les années 80, où il fallait y aller à fond, à coup de joggings finis en sprint. Résultat: beaucoup ont fini par croire que le sport, ce n'était pas pour eux. Car pour récupérer de ce régime-là, il faut deux jours minimum, pendant lequel on se traîne littéralement au bureau». Retrouver la forme, ce n'est donc pas suer sang et eau au cours d'interminables séances de torture. Selon tous les coachs que nous avons consultés, des résultats peuvent être obtenus de façon simple et douce, à la seule condition de faire preuve d'une certaine discipline. «Un chef d'entreprise sédentaire qui veut reprendre le sport doit apprendre à se restructurer. Personne ne décide au-dessus de lui dans sa vie professionnelle, il faut donc lui faire l'effort de s'imposer un cadre», estime Alain Dumur. Êtes-vous prêt à relever ce challenge?

JDE | Édition Loire-Atlantique - Vendée 44 | 1 mai 2009

Vos réactions Aucun commentaire

Masquer toutes les réactions

Votre commentaire

Votre commentaire


Vos réactions Aucun commentaire

Lire toutes les réactions

Hors-Série Guide des réseaux - Novembre 2014

Fichier excel
Palmares de votre région


Palmarès des entreprises 2014

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2013

Le journal en liseuse

JDE édition 44 - juin 2012

Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301