Loire-Atlantique

A l'affiche

JDE Edition Loire-Atlantique 44

Eco Energy. Le spécialiste du solaire agricole lève 4M€

ajouté le 6 novembre 2009  -  - Mots clés : Actualité, Entreprise du mois, Capital

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • L'article au format PDF
  • Ajoutez cet article
  • Réagissez à cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
Ingénieur en physique, Éric Lecoq a créé Eco Energy en 2005. La mutation complète de l'activité de l'entreprise deux ans plus tard lui a permis d'enregistrer une croissance exponentielle et de séduire les financiers.

La start-up Eco Energy connaît un emballement de son activité depuis qu'encouragée par un signe du destin, elle s'est positionnée sur le photovoltaïque agricole. Sa croissance est portée par une toute récente levée de fonds de 4M€.

Par Sébastien Payonne

En levant 4M€ le mois dernier auprès de Naxicap Partners, Agregator Capital et Vatel Capital, Eco Energy, la start-up photovoltaïque orvaltaise d'Éric Lecoq, prouve qu'elle semble née sous une bonne étoile, la même qui lui avait déjà sourit il y a deux ans. Le coup de pouce prend alors la forme d'un petit module photovoltaïque, glissé par erreur dans le matériel de démonstration que Cédric Lecoq avait sollicité auprès d'un partenaire allemand pour équiper son stand lors de l'édition 2007 du Space, le salon agricole du grand Ouest. À l'époque, cet ingénieur en physique - alors également dirigeant actionnaire de la PME vitréenne Perrinel (courant fort, courant faible, chauffagisme, 45 salariés, 3M€ de CA) - s'intéresse bien au soleil, mais pas pour transformer son rayonnement en électricité. Eco Energy, la jeune pousse qu'il a créée en 2005 en parallèle de Perrinel, offre plutôt au monde agricole d'utiliser le solaire à des fins thermiques. Sa cible? Les éleveurs de veaux hors sol, à qui il propose de dégager des économies en chauffant grâce au soleil l'eau permettant de diluer la poudre de lait nécessaire à l'alimentation de leurs troupeaux. Autant dire que le module photovoltaïque incongru est relégué dans un coin du stand. Ce qui ne l'empêche pas d'être à l'origine d'une foule de questions, de nombreux agriculteurs souhaitant transformer la toiture des bâtiments en support de production électrique, revendue ensuite à EDF avec la perspective de tarifs de rachat attractifs.

Le déclic du Space 2007
«À la fin du salon, 80 visiteurs avaient formulé des projets identifiés dans le domaine photovoltaïque», se rappelle Éric Lecoq, qui décide alors de décortiquer le fonctionnement du photovoltaïque agricole. Tout y passe: spécificité des bâtiments et de leurs toitures fibro, dégradation et vieillissement des installations liés aux rejets des bêtes, sourcing, analyse de la chaîne de validation relative au financement d'un projet photovoltaïque... Un travail de trois mois qui se solde au début 2008 par une offre de conception et d'installation taillée pour le monde agricole. «À l'époque, le photovoltaïque agricole est à l'origine de pas mal d'échecs. Certains prestataires mettent la clef sous la porte après avoir encaissé des chèques d'acompte, les solutions proposées ne sont pas adaptées... les exploitants agricoles et leurs banquiers sont difficiles à convaincre», souligne Éric Lecoq. Pour contourner l'écueil et maximiser ses efforts commerciaux, l'entrepreneur choisit alors de concentrer son travail d'évangélisation auprès de prescripteurs de poids: les coopératives. Très vite, la Normande Agrial et la Bretonne Coopagri font de la jeune société leur partenaire exclusif. Et lui renvoient des projets qualifiés, viables et motivés, puisqu'Eco Energy a pris le soin de former les interlocuteurs du monde coopératifs aux problématiques de l'électricité solaire.

70M€ de CA en 2010
Très vite, l'activité s'emballe, comme en témoigne un CA passé de 93.000€ à 1,87M€ entre2007 et2008. Car les perspectives sont énormes. «Il n'est pas irraisonné de viser les 70M€ de CA consolidé en 2010», assure Éric Lecoq. Seul problème: ayant choisi pour rassurer ses clients d'être payée à la livraison des travaux, la start-up doit - envol oblige - faire face à d'importants besoins de fonds de roulement. Et recherche donc des financements extérieurs pour accompagner sa croissance, d'autant plus qu'Éric Lecoq souhaite développer l'activité - jusque-là limitée au grand Ouest - sur d'autres zones géographiques. L'an passé, l'entrepreneur se dégage donc de la gestion opérationnelle de Perinnel, dont il reste actionnaire, et crée La Compagnie du Soleil, une holding, à laquelle il associe Philippe Legorjus, ancien patron du GIGN devenu business angel et entrepreneur. C'est elle qui bénéficiera des 4M€ levés le mois passé et qui chapeautera quatre SAS filiales à 100%, dans l'Ouest, le Centre, le Sud et la Corse. De quoi porter les effectifs actuels à une cinquantaine de salariés (commerciaux, installateurs, bureau d'études,etc.). Ils étaient deux à l'origine. Preuve qu'on pousse plutôt bien sous les rayons du soleil.

«Nous finalisons une nouvelle levée de fonds»


Éric Lecoq, les investisseurs s'affolent actuellement autour des start-ups photovoltaïques. Ne craignez-vous pas l'émergence d'une bulle spéculative autour de l'activité?
Non, car contrairement à une bulle comme celle du web dans les années 2000, la réalité économique du photovoltaïque n'est pas une vue de l'esprit. L'activité génère des revenus pour les exploitants. Et surtout EDF s'est engagé à racheter l'électricité produite pendant 20 ans par certains types d'exploitation. Il y a bien une réalité économique prometteuse derrière l'activité.
Pourquoi choisir de concentrer votre réseau d'agences sur l'Ouest, le Centre et le Sud-Est?
Ces régions sont à l'origine des 4/5ede la puissance photovoltaïque raccordée. Dans le grand Ouest et le Centre, c'est le nombre important des exploitations agricoles qui tirent le marché. Dans le Sud-Est, ce sont les conditions météos. Avec un tel réseau, nous sommes déjà bien parés.
Vous avez abandonné le thermique solaire pour vous consacrer à 100% au photovoltaïque. Avez-vous d'autres projets de diversifications?
En parallèle d'Eco Energy, nous sommes en train de constituer un second groupe. Il sera baptisé Eco Invest et prendra la forme d'une société d'investissement spécialisée dans l'énergie photovoltaïque agricole. Il s'agira de proposer à des investisseurs d'exploiter en location des champs solaires installés sur des toitures agricoles. Pour porter le développement de ce projet, nous sommes en train de finaliser une levée de fonds qui sera de l'ordre de celle bouclée par Eco Energy. Ensuite, nous répliquerons le modèle de développement local, en créant des agences dans de nouvelles régions de France.

Parcours


2005
Création à Couëron d'Eco Energy par Éric Lecoq, qui dirige alors Perrinel (35), PME spécialisée dans les courants forts, faibles ainsi que le chauffagisme.
2007
Initialement tournée vers le thermique solaire à destination des éleveurs, Eco Energy réoriente totalement son activité vers le photovoltaïque agricole.
2008
Partenariats exclusifs avec les coopératives agricoles Agrial et Coopagri. Éric Lecoq s'associe avec Philippe Legorjus au sein d'une holding qui chapeaute l'entreprise.
2009
La holding de tête d'Eco Energy lève 4M€ auprès de Naxicap Partners, Agregator Capital et Vatel Capital. L'entreprise crée des filiales dans le Centre, le Sud et la Corse.

Eco Energy - Orvault

- Eco Energy intervient sur le marché de la conception et de l'installation de toitures photovoltaïques pour les bâtiments agricoles. - L'activité d'Eco Energy est chapeautée par la Compagnie du Soleil, une holding contrôlée majoritairement par Eric Lecoq, le fondateur de l'activité, et son associé Philippe Legorjus, ancien patron du GIGN et spécialiste de l'intelligence économique. Naxicap Partners, Agregator Capital et Vatel Capital détiennent une participation minoritaire dans la structure. - Effectifs: une cinquantaine de salariés répartis entre Eco Energy Grand Ouest (Orvault), Eco Energy Centre (Ballanvilliers, Essonne), Eco Energy Sud (Aix en Provence) et Eco Energy Corse (Borgo). - CA: 1,87M€ en 2008 - Tél.: 02.40.32.50.80. www.ecoenergy-france.com

JDE | Édition Loire-Atlantique 44 | 6 novembre 2009

Vos réactions Aucun commentaire

Masquer toutes les réactions

Votre commentaire

Votre commentaire


Vos réactions Aucun commentaire

Lire toutes les réactions

Hors-Série Spécial mondial - Septembre 2014


Fichier excel
Palmares de votre région


Palmarès des entreprises 2013

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2013

Le journal en liseuse

JDE édition 44 - juin 2012

Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301