Gironde

Agenda

JDE Edition Gironde 33

Fayat. Razel et Bec fusionnent pour être plus forts en France et à l'export

ajouté le 2 mars 2012  -  - Mots clés : Actualité, Agenda, fayat, razel-bec, International

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • L'article au format PDF
  • Ajoutez cet article
  • Réagissez à cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
Razel travaille actuellement au creusement du tunnel d'amenée d'eau du barrage de Rizzanèse en Corse du Sud (© Dominique Feintrenie)

Depuis le 1er février le groupe Fayat a créé un pôle travaux publics en fusionnant deux de ses filiales: Razel et Bec La nouvelle entité qui pèse 800 millions d'euros de chiffre d'affaires souhaite se renforcer à l'export

Se regrouper pour mieux peser. C'est en ces termes que Laurent Fayat, le directeur général de Fayat, explique la fusion des deux filiales du groupe de BTP, Razel et Bec au 1erfévrier. L'idée est de créer un véritable pôle travaux publics au sein du groupe qui pèse désormais 800millions d'euros de chiffre d'affaires et réunit près de 5.400 collaborateurs. Concrètement, ce pôle travaux publics regroupe quatre entités: Razel, Bec, les activités TP de Cari et Fayat TP. «Fayat TP reste une filiale de Fayat SA mais elle est intégrée économiquement à l'ensemble, précise Laurent Fayat. On peut dire que Fayat TP est l'entité régionale aquitaine de Razel-Bec.»

Atteindre une taille critique
«Razel et Bec font le même métier: génie civil, génie urbain, travaux souterrains, terrassement... Cela n'avait pas de sens de trouver dans certaines villes comme Marseille par exemple trois entités du groupe. Il y a une logique à regrouper leurs compétences et à atteindre ainsi une taille critique et un chiffre d'affaires par agence plus élevé, entre 20 et 30millions, explique Laurent Fayat. C'est aussi un atout pour l'export. Cette nouvelle organisation va nous permettre d'atteindre une taille suffisante pour adresser de gros marchés.»

Développer le CA à l'export
Actuellement l'export représente 140millions d'euros de chiffre d'affaires pour l'ensemble Razel-Bec. Le directeur général voudrait atteindre les 25% de CA à l'export. Cette stratégie est aussi liée à la situation économique en France. «Nous n'avons pas d'inquiétude sur nos activités pour 2012 surtout en ce qui concerne les grands travaux. Nous participons à la construction de la LGV Est, à celle de Tours-Bordeaux, à la galerie de sécurité du tunnel du Fréjus... Nos carnets de commande sont bons et représentent 17 mois d'activités. Mais si on regarde à moyen terme, on peut déjà anticiper une baisse de l'investissement des collectivités locales, analyse Laurent Fayat. Et à plus long terme des chantiers comme la construction de réseaux de tram ou des LGV ne seront pas pléthores. L'export est donc une solution pour trouver de nouveaux marchés et notamment l'Afrique.» Razel est historiquement présente sur ce continent. L'entreprise construit actuellement le pont du Wouri à Douala au Cameroun (120M€), le barrage de Tabellout en Algérie (160M€). Elle a remporté en juillet2011 le chantier de réhabilitation de la route nationale1 au Mozambique et espère entrer bientôt en Côte d'Ivoire. «Il y a des possibilités importantes en Afrique dans les activités routières notamment, précise Laurent Fayat, mais aussi dans le portuaire, l'industrie, l'énergie, l'eau... C'est un bon point d'entrée pour les autres activités du groupe.»

Attentif aux opportunités de croissance externe
Car si les travaux publics représentent 25% du chiffre d'affaires de Fayat qui s'élève à 3,172milliards d'euros en 2011, le groupe est aussi actif dans le bâtiment (20% du CA), le matériel routier (26%), l'électricité (11%), la construction métallique (11%), les fondations spéciales (5%), le matériel de manutention (1%) et la chaudronnerie (1%). Un éventail d'activités construit au fil des années et d'opérations de croissances externes. «Le groupe reste attentif à toute opportunité, précise Laurent Fayat. Fin janvier nous avons racheté BP construction à Annecy. Nous sommes actuellement attentifs dans le domaine de l'électricité.» Parmi les belles opérations de l'année, le groupe Fayat a aussi été désigné avec Vinci pour la conception, le financement, la construction, l'exploitation et la maintenance du nouveau stade de Bordeaux. «Nous réfléchissons à la possibilité de créer une sorte de marque Fayat bâtiment pour concourir à ce genre de PPP et pouvoir fédérer les équipes autour de ces grands projets», conclut Laurent Fayat désormais président de Razel-Bec dont le siège social est à Saclay en région parisienne.

Fayat


(Bordeaux)
Président: Clément Fayat 18.000 salariés dont 300 chez Fayat TP (siège à Libourne) CA 2011: 3,172 Md€ 05 56 00 21 00

Orianne Esvan

JDE | Édition Gironde 33 | 2 mars 2012

Vos réactions Aucun commentaire

Masquer toutes les réactions

Votre commentaire

Votre commentaire


Vos réactions Aucun commentaire

Lire toutes les réactions

Hors-Série Guide des réseaux - Novembre 2014

Fichier excel
Palmares de votre région


Palmarès des entreprises 2014

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2013

Dans la même rubrique

Le journal en liseuse

JDE édition 44 - juin 2012

Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301