Haute-Garonne

Rencontre

JDE Edition Haute-Garonne 31

J.-P.Saintouil. Témoindes maladies de notre siècle

ajouté le 1 mai 2009  -  - Mots clés : Actualité, Rencontre, pôle de compétitivité, cancer bio santé

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • L'article au format PDF
  • Ajoutez cet article
  • Réagissez à cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
Le Japon, passion de Jean-Pierre Saintouil: il prend des cours d'aïkido auprès de Gaston Nicolessi, co-fondateur de la PME innovante Nanotimes, et apprend le japonais.

Depuis février2007, il dirige le pôle de compétitivité Cancer-Bio- Santé. Marié, père de trois filles, polyglotte, Jean-Pierre Saintouil a posé ses valises à Toulouse, après avoir parcouru le monde pendant 22 ans pour des acteurs de premier plan du secteur de la santé.

Valérie Ravinet

Les dossiers s'empilent sur le bureau, sur la table de réunion, sur les dessertes, avec un air de désordre organisé. D'ailleurs, dès qu'il fait référence à un thème, Jean-Pierre Saintouil n'a aucune hésitation pour débusquer le document dont il a besoin. Sur les murs, des éléments de décor qui renseignent sur l'homme: une carte détaillée du Japon jouxte un tableau de masques coréens; un peu plus loin, c'est la Californie qui s'offre à vous; sur la paroi opposée, une vue du futur Cancéropôle. Le portable se met à carillonner, quelques «dings» espacés, lents et doux. «Une sonnerie apaisante» commentera Jean-Pierre Saintouil. Il vous présente ses excuses, un appel vraiment important. Lorsque vous lui proposez de quitter la pièce, il décline; c'est lui qui sortira. Un homme posé plus que calme, qui laisse entrevoir ses qualités managériales, avec ce petit rien de causticité qui rend l'échange ludique et dynamique. Une attitude sereine qui cohabite avec une âme d'homme de passions. «J'ai à l'évidence besoin de travailler sur des projets passionnants; avec le temps, je suis passé de passionné enthousiaste à passionné raisonnable» observe-t-il. La carrière de Jean-Pierre Saintouil, aujourd'hui directeur du pôle de compétitivité Cancer-Bio-Santé, est pavée de projets captivants.

Une carrière internationale
En 1982, après un court détour dans le secteur de l'océanographie- «la mer, cette autre passion» - il entre à l'Institut Pasteur Production comme délégué technico-commercial. Cette même année, le secteur diagnostic de l'Institut est placé sous le contrôle de Sanofi et devient Sanofi Diagnostics Pasteur. Jean-Pierre Saintouil y passera 18 ans de sa vie, «à part la calvitie, une autre de mes caractéristiques est la fidélité dans le travail». Selon sa volonté exprimée dès cette première embauche, ses postes successifs, de chef de zone export à directeur marketing stratégique, seront placés sous le sceau de l'international et de l'innovation. En 1985, Jean-Pierre Saintouil participe à la mise sur le marché des premiers tests de dépistage du Sida. Il garde un souvenir ému d'un Noël en Afrique. «Nous avions été retenus par le ministère des Affaires étrangères pour équiper les banques de sang de 21 capitales africaines de matériel de dépistage et apprendre aux gens sur place à s'en servir», raconte-t-il. «Je me suis rendu spontanément au ministère pour connaître la date de mon départ. Mon interlocuteur a été très étonné que je prévois d'y aller moi-même». Ils sont finalement partis à deux, avec la mission de boucler le projet en un mois. Ils ont rencontré tous les aléas: matériels non dédouanés, collecte de sang contaminé par le VIH à 30%... Après l'Afrique, cap sur l'Asie. Il découvre le Japon, pour lequel il éprouve une véritable fascination. «C'est une culture si différente, on adore ou on déteste» résume-t-il. Il raconte, le rire encore dans les yeux, sa première négociation au Japon, totalement ratée du fait de sa méconnaissance culturelle. «C'est un pays où tout a du sens, où le rituel est essentiel, où chaque geste peut paraître grossier s'il n'entre pas dans le code». Outre les séances d'aïkido, Jean-Pierre Saintouil s'apprête aujourd'hui à prendre des leçons de japonais. Pour le parler, dans un premier temps. «Peut-être parviendrai-je un jour à l'écrire», ajoute-t-il.

Retour à Toulouse
En 1997, Jean-Pierre Saintouil fait connaissance avec les États-Unis. D'abord pour Sanofi et Beckman Instruments, puis pour Bio-Rad Laboratories, basés en Californie, il s'occupe depuis Paris de gammes de produits pour le diagnostic de maladies cardio-vasculaires, du diabète et de maladies auto-immunes. Lorsqu'on l'enjoint à venir s'installer dans la région de San Francisco, il décide de quitter l'entreprise américaine pour rejoindre l'Institut Pasteur comme responsable du transfert de technologies. Sept ans plus tard, l'opportunité de retrouver Toulouse se présente. Il prend en février2007 la direction du pôle Cancer-Bio-Santé, sous la présidence du professeur Roland Bugat. Un poste qui lui permet d'allier toutes ses compétences de négociateur et de stratège, un poste où le mot coopération a du sens. Et même s'il reste un rien nostalgique de sa vie parisienne, l'environnement scientifique allié à l'économique lui sied à merveille.

«Travailler en collaborationavec tous les acteurs du secteur»


Vous êtes à la tête du pôle de compétitivité Cancer-Bio-Santé depuis février2007. Avez-vous constitué votre équipe ?
En deux ans, nous avons recruté trois jeunes femmes compétentes et totalement impliquées dans leurs activités. Nous sommes aujourd'hui cinq pour répondre au cahier des charges qui nous est assigné: travailler à la labellisation de projets dans le domaine du cancer, assurer un accompagnement en amont et en aval des entreprises, développer leur notoriété au niveau national et international. Les pôles de compétitivité sont des structures jeunes, notre domaine d'intervention vient compléter les savoir-faire des autres acteurs institutionnels et consulaires. En 2009, nous allons recruter une personne à mi-temps pour la gestion financière du pôle, puis nous créerons en 2010 un poste, également à mi-temps, pour la communication.
Précisément, quels sont les moyens financiers dont vous disposez ?
Notre budget de fonctionnement s'élève à 500.000€; il est composé de subventions de l'État, des collectivités territoriales et des cotisations des adhérents, du secteur public et privé. Une trentaine d'entreprises sont adhérentes aujourd'hui, sur environ 230 entreprises qui travaillent dans le secteur santé, dont 100 directement concernées par le domaine du cancer. Les cotisations devraient représenter 12% du budget 2009. L'augmentation du nombre d'adhérents sera la garantie de l'implication des membres dans le pôle et celle de notre futur. Quant au budget annuel d'actions, il est d'un niveau équivalent.
Quelles sont les actions prévues au calendrier 2009 ?
Trois salons internationaux vont s'enchaîner dans les mois à venir: Bio USA, à Atlanta, en mai, BioMed, à Tel Aviv en juin, et Bio Japan en octobre prochain. Notre ambition est d'accompagner dix PME sur chacun des salons, leur permettre de nouer des contacts et de développer leurs affaires. Avec nos partenaires institutionnels, nous gérons la représentation sur place et le soutien aux rendez-vous d'affaires. La Région, les CCI et la CRCI prennent en charge les aspects logistiques, ainsi qu'une partie des frais de déplacement des entreprises. L'objectif pour les entreprises est bien entendu de nouer des liens et développer partenariats et volume d'affaires.
Et au niveau national ?
Nous organiserons vraisemblablement en juin la deuxième réunion des «rendez-vous» du pôle, après celle de janvier dernier. Elle sera l'occasion de renforcer la connaissance entre entreprises du secteur et de présenter l'aboutissement du projet de cartographie des compétences, avec un déploiement de l'outil en ligne prévu pour fin 2009. Les 3 et 4septembre, nous organisons, au centre des congrès Pierre Baudis, la première édition de l'«European Cancer Cluster Partnering». Il s'agit d'une initiative conjointe avec l'Oslo Cancer Cluster. La rencontre devrait réunir 200 à 300 entreprises européennes autour de l'oncologie. Le Japon y sera à l'honneur. Dans le domaine de la formation, nous travaillons en partenariat avec l'université Paul Sabatier à un projet de recensement des besoins en formation des entreprises. Et le premier MBA Biotech auquel nous avons participé, mis en oeuvre par l'ESC Toulouse pour former les managers des biotechs de demain.
Comment se portent les entreprises avec lesquelles vous êtes en contact ?
Les grandes entreprises, tant Pierre Fabre que Sanofi, ont pris des mesures pour anticiper les effets de la crise et en minorer les conséquences. Les PME, très innovantes, semblent pour l'instant relativement épargnées. Du côté des investisseurs, réunis au sein du club d'investisseurs du pôle, les signaux sont positifs. Ils recherchent de bons projets, l'argent est disponible.

Parcours


1955 Naissance à Toulouse, où il fera ses études de biochimie
1982
Débute sa carrière dans le secteur santé, à l'Institut Pasteur Production, en tant que délégué technico-commercial
1985
Rejoint Sanofi Diagnostics Pasteur comme chef de zone export. Il est responsable du développement des ventes successivement sur l'Afrique, l'Europe de l'Ouest, l'Asie et l'Amérique latine
1997
Passe sous la double direction de Sanofi Diagnostics Pasteur et Beckman Instruments Inc en tant que responsable marketing stratégique international
2000
Sanofi Diagnostics Pasteur est racheté par Bio-Rad Laboratories. Neuf mois plus tard, il rejoint l'Institut Pasteur comme chef du service de transfert de technologie
2005
Obtient le diplôme de cadre dirigeant délivré par l'ESCP
2007
Prend la direction du pôle de compétitivité CBS

Il aime: La voile, la mer, l'océanographie, le respect, l'ouverture, « la voie du milieu » Il n'aime pas: L'agressivité, les éclats de voix

JDE | Édition Haute-Garonne 31 | 1 mai 2009

Vos réactions Aucun commentaire

Masquer toutes les réactions

Votre commentaire

Votre commentaire


Vos réactions Aucun commentaire

Lire toutes les réactions

Hors-Série Guide des réseaux - Novembre 2014

Fichier excel
Palmares de votre région


Palmarès des entreprises 2014

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2013

Le journal en liseuse

JDE édition 44 - juin 2012

Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301